Profil de diplômée : Nathalie Gervais

Diplômée en : Relations publiques (2002)
Poste occupé : Conseillère en administration et consul à l’Ambassade du Canada au Sénégal

Photo de Nathalie Gervais lors d'une visite au SénégalAprès avoir complété un baccalauréat en communications à l’Université d’Ottawa, Nathalie Gervais s’est inscrite au programme de Relations publiques de La Cité dans le but de se spécialiser et de vivre une expérience plus concrète afin de se préparer au marché du travail. Grâce au programme, Nathalie a eu la chance d’effectuer un stage à Service Correctionnel Canada en tant qu’agente de communications. Elle y a d’ailleurs œuvré pendant sept ans, où elle passe du rôle de stagiaire à agente senior et, finalement, elle se retrouve en charge d’un département de communications au sein du ministère.

Nathalie se donne ensuite un nouveau défi en dénichant le poste de gestionnaire des communications électroniques au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada (MAECI). Elle se démarque encore une fois et elle monte les échelons pour enfin gagner le concours pour un poste de gestionnaire permutant au sein du service extérieur canadien. Elle part ensuite pour sa première affectation de diplomate à l’étranger à l’Ambassade du Canada à Dakar, au Sénégal.

Nathalie travaille présentement à l’Ambassade du Canada au Sénégal en tant que conseillère en gestion & administration et consul, où elle est responsable d’apporter de l’aide consulaire aux Canadiens et Australiens au Sénégal, en Gambie, en Guinée, en Guinée-Bissau et au Cap-Vert. En plus d’y gérer les ressources humaines, le budget et les situations d’urgence, Nathalie est en charge de la sécurité et des propriétés de l’Ambassade et des Canadiens au Sénégal. Elle dit adorer son travail, car il est varié, qu’elle y gère les prises de décisions tout en représentant son pays à l’étranger, en plus d’avoir la chance d’aider les Canadiens outre-mer. Nathalie se dit extrêmement comblée et chanceuse de faire ce travail très exigeant, mais aussi très gratifiant.

« J’ai adoré le côté pratique de l’enseignement à La Cité et j’ai toujours dit que tout ce que j’ai appliqué sur le marché du travail, je l’ai appris à La Cité, et non à l’université », affirme Nathalie.