Caroline Letang
Caporale, Gendarmerie royale du Canada
Diplômée du programme Techniques des services policiers en 2000

Originaire de l’Outaouais, Caroline était une fille plutôt timide et réservée qui ne se voyait aucunement devenir porte-parole pour une organisation, encore moins conférencière. Après deux années à chercher sa passion, elle rencontre des amis qui sont policiers et pour la première fois elle se voit devenir policière. « Je me suis fait dire que La Cité est une excellente porte d’entrée pour accéder au milieu policier », souligne la principale intéressée. Une fois son entrevue réussie à La Cité, elle est sélectionnée pour le programme et commence ses études avec enthousiasme.

La Cité fut pour Caroline plus qu’une école : elle lui a permis de trouver sa passion, lui a donné confiance en elle, lui a appris à persévérer et, surtout, lui a démontré l’importance de la langue française. Lors de son parcours, elle s’est acharnée à peaufiner sa langue maternelle, parlée et écrite. Elle a obtenu son diplôme  avec honneur en 2000. Presque aussitôt, elle s’envole pour Régina afin de suivre une autre formation, soit la formation de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Caroline se joint à une troupe anglophone. Encore une fois, elle doit surmonter un défi de langue. « Ma formation à La Cité m’a permis d’avoir une longueur d’avance sur les autres grâce à ma connaissance du Code criminel et de l’éthique policière. J’ai pu me concentrer davantage sur la compréhension de la matière et sur le perfectionnement de mon anglais. »

Après sa formation à Régina, elle fait un passage de quelques années à Terre-Neuve, St-Jean-sur-Richelieu et Montréal, où elle se spécialise dans les ressources humaines, les enquêtes sur la traite de personnes et les services de garde du corps. Caroline est devenue caporale après seulement sept ans de service, soit le nombre minimal d’années pour accéder à ce poste, et agit maintenant en tant que chef d’équipe pour un groupe de patrouilleurs de l’intégrité frontalière. Au début de sa carrière, Caroline a suivi une formation qui a été déterminante pour elle, soit une formation intensive sur la lutte antidrogue, le programme DARE. Cette formation lui a ouvert la porte à l’enseignement; une fois par semaine, elle offre une formation à des élèves de 11 et 12 ans. Elle touche des thèmes comme la drogue, le taxage et la prévention de la criminalité. Cette expérience la suivra tout au long de sa carrière, puisqu’elle apprend l’art de la communication.

Elle a occupé plusieurs postes au sein de la GRC tout en se créant une solide réputation. Elle a été, entre autres, relationniste pour les médias, où elle a acquis énormément d’expérience et gagné l’admiration de ses collègues et supérieurs. Le côté perfectionniste de Caroline la pousse à vouloir toujours connaître ses sujets en profondeur. Elle ne s’est jamais gênée pour approfondir ses connaissances et en apprendre davantage en suivant des formations pour élargir son bassin de savoir. Cette détermination l’a même amenée à assister à une conférence avec Interpol à Lyon, en France, sur la traite de personnes.

Grâce à l’aisance avec laquelle elle parle devant un public et à son expertise sur des sujets précis, elle est appelée à faire des conférences dans des écoles et à d’autres corps policiers. Elle a même été invitée à quelques reprises à La Cité afin de transmettre sa passion aux futurs policiers. De plus, elle a été choisie pour sa solide réputation en communication afin de suivre une formation l’amenant à agir comme scribe auprès d’un commandant d’incident. Son rôle consiste à être le bras droit pour tout ce qui est communication écrite et commande verbale pour le groupe de contrôle de foule et le groupe tactique d’intervention. Ce rôle clé la rend très fière. Caroline est la preuve que la persévérance et l’effort combinés à une formation solide sont garants de succès.